10-gestes-pour-reduire-ses-dechets

Le plastique est une véritable calamité pour notre planète. Il est présent dans l’emballage de vos produits d’alimentation et d’hygiène ainsi que dans votre téléphone, votre voiture et bien entendu vos appareils électroménagers. Sans parler du suremballage qui frôle parfois l’aberration… C’est un fait : nos poubelles débordent de déchets et il est urgent de modifier nos comportements. Pour enrayer ce phénomène, le tri ne suffit pas.
Chacun peut agir à son niveau.
Dans cet article, nous vous présentons 10 actions que vous pouvez facilement mettre en place pour diminuer vos déchets à la source et ainsi mettre votre poubelle au régime.

Le saviez-vous ?
Chaque français produit environ 573 kg d’ordures ménagères par an. Ce chiffre est calculé par l’ADEME à partir des tonnages des poubelles des ménages (hors déchets verts) collectées par les collectivités locales.
Attention, ces chiffres ne sont que la partie émergée de l’iceberg de déchets produits en France chaque année. En prenant en compte les déchets professionnels (BTP, industrie, agriculture, activités de soin), on atteint 13,8 tonnes de déchets produits par an et par habitant !

Vous souhaitez en savoir davantage ? lisez cette présentation : Les déchets en quelques chiffres  – Source : ADEME – enquête Collecte – 2017

poubelle-qui-deborde-parc

1. Je composte, tu compostes, nous compostons …

Faire du compost ce n’est pas très compliqué, et surtout cela permet de diminuer la quantité des déchets ménagers de 40 kg par personne et par an.

bac-compost-jardin

  • Vous avez la main verte ?

Vous avez la chance de posséder un bout de terre et peut-être même cultivez-vous quelques fruits et légumes dans un coin de votre jardin ? Dans ce cas, un bac à compost est indispensable car il vous permettra de réduire la taille de vos poubelles tout en apportant un engrais 100% naturel à vos cultures.

  • Vous êtes citadin ?

Vous pensez que vous n’êtes pas concerné par le compostage ? Et bien détrompez-vous ! Des solutions existent même pour les résidents des villes, en maison de ville ou même logeant dans des appartements.

Un simple balcon suffit pour y installer un bac à lombrics (lombricomposteur) que vous trouverez en magasins spécialisés.

lombricomposteur-city-worms

Vous pouvez également, profiter d’un jardin partagé de proximité qui dispose le plus souvent d’un bac à compost. Et pourquoi pas s’arranger avec ses voisins disposant d’un jardin et qui seront ravis de récupérer vos déchets de cuisine pour leurs poules par exemple ?

2. Je dis OUI aux éco-recharge !

C’est une habitude facile à prendre et un geste utile pour l’environnement. Pour les articles de nettoyage, tels que les produits lessiviels, privilégiez les marques qui proposent un format éco-recharge. A la clé, un gain d’emballage entre 50 et 70% par rapport au format bidon de lessive liquide par exemple. De plus, cela vous permettra de réaliser une petite économie tout en réduisant vos déchets d’emballages !

Cela fonctionne également pour certains produits cosmétiques comme le gel douche, le shampoing ou encore le savon liquide… Vous pouvez par exemple acheter un flacon pompe la première fois pour ensuite le remplir avec des recharges.

flacon-pompe-gel-douche

Bon à savoir :
Opter pour des produits disponibles en éco-recharges permet de diminuer ses déchets d’un kilo par personne et par an, ce qui n’est pas négligeable à grande échelle.

3. Choisir le vrac pour les achats alimentaires

bocaux-cuisine

De nos jours, de plus en plus de supermarchés (les magasins Bio ont montré l’exemple) disposent d’un rayon permettant d’acheter les aliments de base en vrac : riz, pâtes, féculents, noix, céréales, muesli, etc. Il suffit d’utiliser les sacs en papier (ou des sacoches en coton) mis à votre disposition et de les remplir de la stricte quantité nécessaire. Vous évitez ainsi à la fois le suremballage et le gaspillage alimentaire. Dans certains points de vente, vous pouvez utiliser vos propres contenants (bocaux, bouteilles, sacs en coton) dont le poids sera déduit en caisse. Sur certains emballage, leur poids est imprimé dessus pour que la caissière puisse le déduire.

En général, privilégiez les produits vendus à la coupe (viande, fromage) ou les fruits et légumes en vrac.

ASTUCE
Réutilisez les bons vieux bocaux en verre pour y stocker vos denrées alimentaires de base et bannissez les récipients « tout plastique ». D’une part, c’est plus joli et d’autre part, ils vous serviront à effectuer vos achats en vrac. Ce type de contenant peut aussi être utile pour la conservation des restes en évitant d’utiliser du film d’emballage en plastique ou en aluminium

4. Autocollant Stop Pub

Les tracts publicitaires et autres prospectus qui envahissent notre boîte aux lettres sont un véritable fléau. Certes, le papier se recycle mais moyennant des procédés polluants et énergivores (eau, électricité,…). Refuser ce papier à la source sera bien plus efficace. Surtout que cela est simplissime ! Procurez-vous un autocollant « Stop pub » et collez-le sur votre boîte aux lettres. Ce simple geste permet de diminuer ses déchets de 15 kg par personne et par an.

autocollant-stop-pub

Autocollant StopPub : comment se le procurer ?

  • en mairie ;
  • à l’accueil ou à la caisse centrale de certaines grandes surfaces ;
  • auprès d’une association de défense des consommateurs.

Dans la même idée, limitez vos impressions papier au maximum. A l’ère du digital, le stockage des données administratives se dématérialise. Les documents imprimés ont beaucoup d’inconvénients : ils occupent beaucoup de place, pèsent une “tonne” (lors d’un déménagement par exemple) et ils coûtent chers en encre et en papier. Avant d’imprimer un document, posez vous cette simple question : cette impression est-elle vraiment indispensable ? Si la réponse est positive, optez pour de l’impression en recto/verso.

Bon à savoir : limiter ses impressions, permet de réduire ses déchets de 6 kg par an.

Et les bons vieux livres papier ?

livres-ouverts

Ne les jetez pas ! Après les avoir lus, donnez leur une seconde vie en les confiant à des associations qui se chargeront de les redistribuer à d’autres lecteurs. De plus en plus de communes mettent à disposition des “boîtes à lire” : vous savez, ces mini bibliothèques de rue permettant de confier ou bien d’y emprunter des livres gratuitement ? L’objectif est bien entendu le partage et le recyclage tout en favorisant l’accès de tous à la culture. D’autres solutions existent pour recycler vos bouquins : les vide-greniers, dépôts-ventes ou autres brocantes.

5. J’utilise des sacs et cabas pour mes courses

Les sacs jetables cumulent les inconvénients : leur durée d’usage n’est en moyenne que de 20 minutes. Ils sont ainsi un véritable fléau pour la planète ! En plus, ils mettront des années à se dégrader s’ils terminent leur « course » dans la nature avec des conséquences catastrophiques pour la faune et la flore.

sac-coton-jute

Pour vos courses, utilisez des sacs en matière synthétique (en polyamide, polyester ou en polypropylène, tissée ou non).
Disponibles en supermarché pour un prix raisonnable, ils sont solides et leur durée de vie est de plusieurs années. Une fois usés, vous pouvez les échanger gratuitement contre un exemplaire neuf. Les vieux sacs seront ensuite recyclés en nouveau cabas ou autres…

Vous pouvez également adopter pour des sacs en matière naturelle (coton, lin, chanvre, toile de jute,…) pour une démarche 100% écolo !

Ceci est également valable pour les achats non alimentaires. Pendant les périodes de soldes notamment, pensez à prendre un ou plusieurs sacs. Cela évitera de vous encombrer de multiples sacs plastiques ou papier qu finiront probablement à la poubelle…

Bon à savoir :
Les cabas existent en version pliable ou “pocket” pour avoir toujours un exemplaire dans son sac. De même, le chariot ou cabas à roulettes de grand-mère s’est modernisé pour revenir au goût du jour… Pensez-y pour le marché, les brocantes, etc…. Il permet de transporter des charges plus importantes, sans se faire mal au dos !

Pour les fruits et légumes, vous pouvez investir dans des mini sacs en coton. Présentant l’avantage d’être lavables, ils pourront servir très longtemps.

Enfin, une autre bonne habitude à prendre est d’emporter des boîtes à œufs ou des barquettes vides lorsque vous effectuez vos courses dans des commerces de proximité (le vendeur vous sera également reconnaissant des économies réalisées grâce à ce simple geste).

6. Exit l’usage de produits à usage unique

Dites adieu aux gobelets, assiettes en carton & plastique, emballage alimentaire …

pique-nique-homme

Les réflexes : pour votre pique-nique utilisez des récipients réutilisables ou de la vaisselle biodégradable, des serviettes lavables. Pour emporter votre repas, privilégiez des contenants en verre pour vos salades par exemple ou du tissu enduit de cire d’abeille pour emballer vos sandwiches ou autres parts de gâteau, … Ce dernier est en vente dans les boutiques bio mais vous pouvez le fabriquer vous-même. 

En règle générale, bannissez les articles du quotidien à usage unique :  lingettes, couverts, nappes, coton à démaquiller. Avec un peu de réflexion et en cherchant un peu, des alternatives existent qui en plus, vous permettront de réaliser à terme des économies non négligeables.
Par exemple, même pour les pailles qui sont un fléau lorsqu’elles sont jetées dans la nature, des solutions existent. N’hésitez plus à investir dans des pailles recyclables en bambou, voir des pailles en acier inoxydable  qui pourront être lavées à l’aide d’un mini goupillon…

7. Appareils à piles : à minima du rechargeable

Pour les appareils à piles du quotidien (télécommande, horloge, piles de secours du radio-réveil, pèse-personne) utilisez des piles rechargeables. Certes un peu plus chère à l’achat, elles bénéficient d’une durée de vie beaucoup plus longue que leur version jetable. Ainsi, elles permettent à terme de faire de vraies économies et surtout de réduire la quantité de déchets polluants.

chargeur-batterie-solaire

Agissez à la source, au moment de l’achat, en choisissant de préférence des produits pouvant être branché sur le secteur ou encore mieux en achetant un produit sans pile quand il existe (calculatrices à cellules solaires par exemple). Sinon, utilisez des accumulateurs rechargeables, surtout pour des usages intensifs (radio, MP3…).

8. Etre écolo au bureau ?

Deux moments d’une journée de travail sont particulièrement propices à la production de déchets : la pause-café et la pause-déjeuner.

dejeuner-bureau

Café au bureau rime bien souvent avec produits jetables : gobelets, dosettes, capsules, touillettes…

Aussi, bannissez les gobelets en plastique ! Offrez-vous une jolie tasse que vous pourrez personnaliser. De plus en plus de distributeurs de café offrent la possibilité de poser sa propre tasse, investissez une fois pour toute dans un mug ou une tasse.

Pour une pause déjeuner « zéro déchet », si vous n’avez pas de cantine, apportez votre gamelle, “bento ou lunch box”,…. Pensez à apporter vos propres couverts en inox. Vous pouvez également opter pour des couverts biodégradables et compostables, en bois de bouleau par exemple.

De bonnes résolutions pour diminuer l’empreinte carbone de vos repas !

9. Osez l’eau du robinet !

Choisir de boire de l’eau du robinet est très profitable pour l’environnement en réduisant considérablement sa production de déchets plastiques. En plus, cela vous permettra de réaliser de substantielles économies !

robinet-eau-coule

En effet, l’eau distribuée en réseau n’est ni emballée, ni transportée et coûte de 200 à 300 fois moins cher.  Vous êtes réticents par rapport à la qualité de l’eau ? Les idées reçues sont très répandues sur ce sujet. Suspectée de contenir des particules fines de plastique, l’eau en bouteille a d’ailleurs récemment vu son image se dégrader.

Votre réticence est liée au goût de l’eau du robinet ? Sachez que placer votre carafe quelques heures dans un réfrigérateur ou à température ambiante, suffira à faire disparaître la désagréable odeur de chlore.

Pour vos déplacements, investissez une bonne fois pour toute dans une gourde isotherme. Il en existe désormais qui sont garanties sans BPA (Bisphénol A) et sans phtalates et en plus elles sont jolies…

10. Je répare, je donne ou je vends plutôt que jeter

On aborde notre sujet de prédilection 😊 Normal, c’est le cœur de métier de SOS Accessoire !

soigner-ses-appareils-electromenagers

En effet, chaque année, un résident français jette en moyenne entre 16 et 20 kg d’équipements électriques ou électroniques (appareils électroménagers, réfrigérateurs, téléphones, ordinateurs, etc…).

De plus, un certain nombre de ces appareils mis au rebut sont réparables ou pourrait voir leur durée de vie prolongée par un meilleur entretien.
Nombres de réparations sont assez simples comme le remplacement d’un joint ou d’une courroie ou encore le nettoyage des filtres (sèche-linge) ou d’une pompe de vidange (lave-linge).

L’un de vos appareils électroménager ne fonctionne plus ou pas correctement ? Pour trouver la panne et intervenir pour la réparer, rendez-vous sur notre atelier ou consultez l’un de nos diagnostics.

De manière générale, bien réfléchir avant de mettre un produit au rebut en se posant ces 2 questions :

  • Ce produit peut-il être réparé ? Si oui, n’hésitez pas à le faire vous-même via les nombreux tutoriels disponibles sur la toile
  • Peut-il servir à une autre personne ? De nombreux sites en ligne permettent de revendre ses objets d’occasion. La petite annonce affichée au commerce du coin fonctionne bien aussi ! 
Le saviez-vous ?
76 % des Français affirment avoir déjà acheté des produits d’occasion. L’offre est de plus en plus variée et accessible grâce à internet mais également les incontournables vide-greniers. L’achat d’occasion est avant tout motivé par le prix. Et il n’est pas rare que des consommateurs achètent du neuf en intégrant la possibilité de revendre le bien sur le marché de seconde main par la suite.
Source : Étude «Perceptions et pratiques des Français en matière de réemploi des produits », juillet 2014.

Bien entendu, il existe plein d’autres réflexes à adopter pour réduire sa production de détritus. Le plus important finalement est d’arrêter de croire que ces quelques gestes isolés ne serviront pas à grand chose…  Cette idée persistante qu’agir à son échelle ne changera rien, nous incite… à ne rien faire.  Au contraire, dites-vous que chaque petit geste compte et que c’est la masse de ces actions individuelles qui forcera les institutions, entreprises à agir dans le bon sens et non l’inverse. 

Retrouvez nos conseils pour réparer vous-même vos appareils électroménagers en vous rendant sur notre blog !